Archives de catégorie : Culture Netpub

Les relations parents – enfants sur Facebook

La sortie d’une infographie sur les relations entre parents et enfants sur Facebook  nous donne l’occasion de faire le point sur ces relations d’un nouveau type qui s’installent au coeur des familles. Avec deux chiffres à mettre en parallèle : 92 % des parents qui sont sur Facebook sont amis avec leurs enfants mais 30 % des enfants aimeraient retirer leurs parents de leur liste d’amis si ils pouvaient !

 

infographie parents enfants-1Le nombre de parents sur Facebook augmente

Aux Etats Unis, le nombre de mères sur Facebook est passé de 50 % en 2010 à 72 % en 2012 !

Et 92 % des parents présents sur ce réseau sont mais avec leurs enfants. Si facebook a longtemps été le domaine des étudiants, ce temps est clairement révolu !

 

 

Surveiller leurs enfants : la première motivation des parents !

Un parent sur deux reconnait que le fait de pouvoir garder un oeil sur leurs enfants a fait partie de leurs motivations pour s’inscrire sur Facebook.

infographie parents enfants-2Et les chiffres suivants confirment ce désir de surveillance :

– 43 % des parents consultent le profil de leurs enfants chaque jour

– 31 % le consultent 4 à 5 fois par semaine

– 14 % le consultent épisodiquement

– 11 % le consultent une fois par mois

– seuls 1% des parents ne consultent jamais les profils de leurs enfants !

 

infographie parents enfants-4Facebook, ou comment se débarrasser de ses parents ?

On estime que malgré la règle édictée par Facebook (âge minimum : 13 ans)  il y a environ 7.5 milllions d’enfants âgés de 13 ans ou moins sur le réseau.  A 13 ans, les enfants sont 65 % à demander leurs parents en amis. A 20 ans cependant, ils ne sont plus que 40 % !

Et un tiers des adolescents sont gênés par les commentaires laissés par leurs parents. D’ailleurs, 30 % d’entre eux aimeraient bien ne plus les avoir comme amis !

Mais il semble bien que recherchée ou subie, l’amitié sur Facebook entre parents et enfants soit un nouveau phénomène de société !

8 choses à ne surtout pas partager sur Facebook !

Cet article est une traduction et adaptation de l’article de Scott Ayres dans le blog de Post Planner. Même si les conseils donnés semblent relever du simple bon sens, Facebook est malheureusement plein de personnes qui partagent à tout va n’importe quoi…

Alors, qu’il s’agisse de votre profil personnel ou de votre page entreprise, voici 8 choses à ne jamais partager, ni sur Facebook ni sur aucun réseau social !

A ne jamais partager sur un profil perso

cambrioleurVotre adresse

A moins que votre profil ne soit complètement bloqué, et accessible uniquement à votre chat et à vous même, votre adresse personnelle ne doit pas figurer sur votre profil.

Même si cet avis vous semble vraiment évident, méfiez vous des systèmes de géo-localisation et des check-in intempestifs ! Même si ça vous semble amusant de rebaptiser votre maison « la casa » ou « la taverne » et d’y faire un check-in, si votre profil est public, il sera plus facile à quelqu’un de mal intentionné de trouver où vous habitez.

Un article de Mashable relate ainsi que Facebook est devenu un terrain de chasse où les malfaiteurs cherchent leurs proies. Inutile de leur faciliter les choses !

 

Vos dates de vacances

En liaison directe avec le conseil précédent, évitez de mentionner que vous partez pour un week end de rêve, ou à l’autre bout du monde ! La satisfaction de faire verdir de jalousie vos amis ne justifie pas de donner autant d’informations utiles à des cambrioleurs potentiels.

Vous aurez le plaisir de poster vos photos de vacances en rentrant dans une maison intacte, et c’est bien aussi !

 

Des informations sur vos enfants

Nos enfants sont les merveilles des merveilles, c’est acquis. Et nos amis un peu lointains sont certainement ravis de voir ce qu’ils deviennent et comme ils ont grandi.

Mais l’époque est malheureusement moins simple, et ce n’est pas la peine de les donner en pâture à des individus aux intentions moins pures. Sans passer pour un angoissé obsessionnel, il semble raisonnable de ne pas mentionner les prénoms de vos enfants en dehors du cercle de vos amis. Et de ne jamais mentionner  quelle école ils fréquentent.

Et par pitié, ne postez pas de photos de vos enfants dans leur bain, ou les fesses à l’air – si mignonne soit la photo.

 

hoaxRepublier des informations sans les vérifier

Vous avez forcément vu fleurir un certain nombre de posts concernant les modifications de Facebook et vous sommant d’effectuer des changements dans vos paramètres de confidentialité et – surtout – de continuer à propager la bonne nouvelle en diffusant (aka spammant) sur  le mur de tous vos amis !

Par exemple un des plus récents : « En réponse aux nouvelles lignes directrices Facebook et selon les articles L.111, 112 et 113 du code la propriété intellectuelle, je déclare que mes droits d’auteur sont attachés à l’ensemble de mes données personnelles, dessins, peintures, photos et vidéos etc… publiées sur mon profil mais aussi sur la page professionnelle qui y est rattachée. Pour une utilisation commerciale de ce qui précède
mon consentement écrit est nécessaire en tout temps, etc, etc … »

Ce message est non seulement inutile, mais également faux, c’est un hoax qui n’a ni fondement, ni valeur légale. Son seul effet est de vous rendre (un peu) ridicule !

D’une manière générale, réfléchissez avant de partager un statut de ce type, et vérifiez  les informations contenues grâce à des  sites type hoaxbuster ou secuser.  Simplement copier-coller et faire une recherche sur Google permet de vérifier très rapidement la véracité d’un message.

 

Vous plaindre de votre patron/boulot

Votre boulot est peut être ingrat ou votre patron un crétin avéré. Facebook fait à ce point partie de nos vies que nous avons pris l’habitude d’y partager nos états d’âme. Mais n’oubliez pas que votre patron – et vos collègues – sont certainement sur Facebook aussi, peut être même font-ils partie de vos nombreux amis ! Même si vos critiques à leur égard sont fondées, gardez les pour le cercle étroit de vos (vrais) amis et ne les publiez pas sur Facebook !

Ainsi, Libération rapporte que les prudhommes ont validé le licenciement de trois salariés ayant critiqué leur hiérarchie sur Facebook.

 

A ne jamais publier sur une page Entreprise

Des avis religieux ou politiques

Vous pouvez être farouchement néo-libéral, communiste, chrétien ou bouddhiste…

C’est votre droit le plus strict, mais, à moins que vous ne soyez le pape ou François Hollande,  ça ne concerne en aucun cas votre page entreprise/fan !

Prendre parti pour un courant religieux ou politique sera au mieux apprécié par une partie de votre public, et vous en aliénera certainement une autre partie.

 

aime ma pageDemander qu’on aime votre page

La plupart des personnes qui voient votre page en sont déjà fans. Quel intérêt de leur demander de devenir fan ? Et s’ils ne le sont pas déjà, si le contenu de votre page n’est pas suffisamment intéressant pour leur donner envie de le devenir, ce n’est pas en leur demandant qu’ils le feront !

L’important aujourd’hui pour une page de marque c’est moins le nombre de fans qu’elle affiche que l‘engagement qu’elle a su créer avec ses fans. Et cet engagement passe par la publication de statuts créant l’intérêt et donnant envie de les partager et non par des demandes type « aimez moi ! »

C’est aussi à mon sens une mauvaise idée de demander à vos fans de partager votre page avec leurs amis. Non seulement, ils ne le feront sans doute pas, mais en plus ce type de post va faire baisser votre visibilité sur Facebook (edgerank) du fait du peu d’engagement qu’il va susciter.

 

Des photos non professionnelles de votre équipe

Votre entreprise est conviviale, et on s’y sent bien. Ok ! Mais cette photo de votre collègue en train de boire un café a t’elle vraiment sa place sur votre page ?

Autant une photo de votre équipe en train de fêter un nouveau contrat ou un départ en retraite a du sens, autant les instantanés de la vie au bureau  manquent un peu d’intérêt – sauf si votre collègue ressemble à George Clooney.

De plus, des images trop décontractées peuvent donner une mauvais  image de votre entreprise :  » ils n’ont pas le temps de répondre à mon problème de SAV, mais ils ont le temps de se prendre en photos pendant la pause café ! »

 

Et n’oubliez pas : si vous vous vous posez des questions sur Facebook, votre page entreprise et les réseaux sociaux en général, Netpub peut vous aider !

Comment ma vie a changé depuis que je suis Community Manager…

Community Manager, ce fut le « buzz word » il y a deux ou trois ans : d’un seul coup tout le monde découvrait l’existence de ce métier étrange que les mauvaises langues pourraient définir comme « passer ses journées à glander sur Facebook »…

Vu que c’est mon métier, vous comprendrez sans peine que je m’inscris en faux contre cette définition, sauf de temps en temps, pour faire bisquer les copains.

Sérieusement, ça fait quoi, un community manager ?

Ben en fait, ça dépend ! La profession tend à se spécialiser, et à se diviser entre le social media manager, le content manager, le community manager proprement dit, et je pense qu’il traîne encore quelques spécialisations qui n’ont pas encore atteint la province.

Moi, j’ai de la chance, je bosse pour une agence à taille humaine, donc je suis tout ça à la fois (et même pas mal d’autres choses, mais ça n’est pas le sujet de ce billet).  J’ai donc la responsabilité de :

– gérer des campagnes de recrutement de fans sur Facebook à l’aide d’une interface incompréhensible,

– gérer des communautés de fans en trouvant chaque semaine des choses intéressantes à leur raconter ( là, reconnaissons que je suis bien aidée par la particularité de l’espèce humaine à être principalement intéressée par ce qui tourne autour de son nombril, « Parlez moi de moi, y’a qu’ça qui m’intéresse… »),

– écrire 10 versions d’un même texte pour me conformer aux guide lines de Google,

– essuyer les dégâts causés par toutes sortes de bestioles noires et blanches (panda, pingouin, merci Google),

– et globalement à m’adapter en permanence à un monde dont la seule caractéristique est l’instabilité.

 

Mais, me direz vous, en quoi ce métier a t’il pu ainsi changer ma vie ?

Pour référencer un site  correctement, il faut se plonger dans l’univers du client. Et quand on gère beaucoup de clients, comme c’est notre cas, ça veut dire changer d’univers toutes les deux heures (plus ou moins). Et quand je parle de changer d’univers, c’est vraiment de grand écart qu’il s’agit !

Avec des clients dans des domaines aussi divers que les méthodes formelles, les bottes santiags, la construction BBC en Provence, la gestion de patrimoine, la vente de poêle  à bois, le portage salarial, les cours de sophrologie, les fenêtres pvc sur mesure, la chirurgie esthétique ou l’édition de magazines techniques, les jours se suivent et se ressemblent assez peu.

J’ai donc acquis une culture (superficielle, je suis la première à le reconnaître) dans des domaines dont j’ignorais même l’existence ( la sûreté de fonctionnement, la norme  BBC  RT2012 , les bornes d’appel d’urgence ou  les composés organiques volatils…)

Mais surtout, ce que j’ai glané en me penchant sur tous ces sujets a définitivement influencé ma manière de vivre.

Je porte désormais de sublimes bottes santiags, après des années d’angoisse à l’idée du bistouri  j’ai fini par accepter une opération bénigne qui m’a changé la vie, j’ai supprimé tous les meubles en particules de bois de chez moi, et je me suis mise à manger des petits oursons guimauve

Incidemment je suis capable de comprendre ce que disent mes copains geek, et je sais aussi dater un site internet rien qu’en voyant sa page d’accueil…

S’il existe encore des parents pour dire à leurs enfants « fais du droit ça mène à tout« , je leur suggèrerais bien de changer de disque (dur) et de se mettre au goût du jour : « deviens Community manager, mon fils, ça mène à tout ! »

Medium, un nouveau média à découvrir

Medium page d'accueil

Dans le petit monde des réseaux sociaux, c’est l’info chaude de cette mi-août ! Les créateurs de Twitter (Biz Stone) et de Blogger (Ewan Williams) lancent un nouveau projet baptisé Medium.

Encore en beta-test, Medium se décrit comme une plate forme collaborative de publication. Selon les auteurs  » We’re rethinking publishing and building a new platform from scratch » (nous avons repensé le processus de publication et construit une nouvelle plate forme en partant de zéro).

Medium est conçu pour permettre à chacun de choisir son propre niveau de contribution, qu’il s’agisse de lire, de partager ou de commenter, ou de publier.

Les posts sont organisés en « collections » qui sont définies par un thème et une mise en page adaptés au contenu (texte, images et par la suite, d’autres types de contenus).

Ces collections peuvent être « fermées » ou ouvertes aux contributions extérieures. Elles sont conçues pour donner à chacun un cadre qui lui permettra de publier son propre contenu.

Les posts ayant obtenu les meilleurs scores figurent en haut de page. Il y a donc une prise en compte de l’avis de la communauté par le biais d’un petit bouton de vote sous chaque post.

Pour l’instant, il est possible de se pré-inscrire sur le site de Medium même si la publication sur le site est encore réservée à un petit nombre d’amis invités. (« Posting is limited to a small invited list of friends and family »).

Pour vous inscrire sur Medium, il vous suffit d’avoir un compte Twitter et de cliquer sur le lien. Vous serez ensuite invité à laisser une adrese mail pour être tenu au courant des évolutions de la plate forme.

L’interface est particulièrement épurée et intuitive. Vous pouvez écrire quelques mots, et charger une image de fond.

 

Quelques images de Medium

Medium2

medium3

Medium4

This Happened to Me — Medium

When I Was a Kid — Medium

Branching Out — The Obvious Collection — Medium

 

Si à première vue cette nouvelle plate forme semble particulièrement attrayante, connaîtra t’elle l’engouement qu’a suscité Pinterest ? A suivre, bientôt…

Dis moi ce que tu tapes, Google te dira qui tu es…

abecedaire chromeSur une idée amusante de Naro, un petit jeu avant le WE. Il suppose d’utiliser Chrome comme navigateur, même si ça doit marcher avec Firefox aussi.

Sur Chrome, comme on le sait  la barre d’adresse sert aussi de barre de recherche. Le jeu est donc de taper successivement les 26 lettres de l’alphabet et de noter la première suggestion que fait Chrome. Ce qui révèle les sites auxquels vous vous connectez le plus souvent.

Quelques surprises en perspective !

J’ai donc joué à ce petit jeu sur mon ordi du boulot, sur lequel j’utilise bien sûr Chrome (dur de s’en passer quand on a commencé…). Et voilà les résultats, qui finalement sont assez rassurants : à l’exception d’une lettre, tous les sites qui sortent sont bien des sites sur lesquels je suis censée me connecter pendant mes heures de travail… Ouf !

L’abécédaire de Chrome

A : C’est Animal Futé qui ouvre la danse, normal c’est un client !

B : le Blog de Netpub, celui là même sur lequel cet article est publié, jusque là tout est normal…

C : Constructeur Maison BBC Provence, le blog d’un client que j’anime, OK !

D : Docs.google.com… Et oui, chez Netpub le travail s’organise de façon collaborative et Google doc nous sert souvent !

E : Ecole Esthétique  : encore le blog d’un client que j’ai créé et animé pendant un an

F : Facebook… alors là, le contraire eut été étonnant. Et vous allez voir que Facebook arrive à sortir 3 fois sur 26 !

G : GRC Contact, notre logiciel de CRM !

H : le retour de Facebook, sous la forme http://facebook.com

I : Surprise, voici Impots.gouv.fr qui pointe son nez ! Il faut dire que mon ordi setr à faire la déclaration de TVA tous les mois…

J : Job me Tender, un site de rencontres sous la forme d’un site d’embauche, en beta test (mais apparemment au point mort pour l’instant)

K : rien de rien ! Chrome ne me propose rien !

L : localhost… que j’utilise pour créer les blogs des clients

M : encore un client, Maitrise Technologique, c’est vrai que j’ai passé du temps sur le site !

N : le site de Netpub, sans surprise !

O : Overblog, première apparition d’un site sortant de la sphère « travail », puisque mon blog perso y est hébergé !

P : Provence Maison, encore un client !

Q : le site de la Qualité de l’air, pas seulement parce que le sujet m’intéresse, mais surtout parce que c’est un client !

R : Repandre.com, un site de communiqués de presse vite abandonné ! Ma plus grosse surprise de ce jeu.

S : Scoop-it ! Un de mes outils de travail préférés, à la fois efficace, esthétique et ludique… j’adore !

T : Twitter, what else !

U : surprise, aucune proposition de Chrome pour la lettre U !

V : Via sélection, encore un client…

W : le troisième retour de Facebook, sous sa forme www…

X : j’étais sure de ne pas tomber sur un site classé x, et d’ailleurs effectivement Chrome ne me propose rien !

Y : Youtube, pour moi c’est un outil de travail, donc c’est logique;

Z : zzzzzzzzzzzz, ça y est vous dormez ? Chrome aussi, puisqu’il ne me propose rien !

Voilà, c’est à vous de jouer !