Archives par mot-clé : caissiere cora

Réseaux Sociaux : le cas Cora

Vous en avez certainement entendu parler : une caissière d’un magasin de l’enseigne Cora a été menacée de licenciement pour avoir ramassé un ticket promotionnel abandonné par un client.

Grâce à la puissance des réseaux sociaux, et à leur prise de position, la chaîne a annoncé qu’elle annulait la procédure de licenciement.

 

Retour sur la chronologie de cette affaire

Les faits remontent au 24 septembre : la caissière (également représentante du personnel) ramasse un ticket de caisse abandonné par un client qui porte au dos une offre promotionnelle : deux hamburger pour le prix d’un. Elle pense à son fils de 8 ans, et met le ticket dans sa poche.

En fin de journée, elle est convoquée par un agent de sécurité qui lui explique qu’elle a commis un vol, puis convoquée par la gendarmerie pour un « rappel à la loi » et enfin convoquée à un entretien préalable au licenciement pour le 7 novembre.

C’est à partir du 26 octobre que twitter se déchaîne, à la suite de la publication d’un article par le Républicain Lorrain, relayé par l’Express. En quelques heures, des centaines de tweets, des commentaires sur toutes les pages Facebook de l’enseigne (y compris les pages des magasins hongrois ou roumains…).

Mercredi 26 octobre à 13 h 35 sur la page Facebook de Cora, le message suivant :

« Bonjour à tous. Nous comprenons tout à fait vos réactions suite à l’article publié sur le site de l’Express. Sachez que nous sommes actuellement en contact avec la direction de l’hypermarché cora de Mondelange afin de clarifier cette situation.

Nous ne manquerons pas de vous informer dans les meilleurs délais de l’issue de cette mise au point et des dispositions qui en découleront.
Merci de votre compréhension. »

Et à 20 h 38 :

 » La direction de cora Mondelange a décidé de ne pas poursuivre la procédure engagée à l’encontre d’une salariée du magasin.
Nous avons conscience de l’émotion suscitée par les informations parues depuis ce matin. »


cora-facebook

 

Quelles conclusions en tirer ?

En quelques heures, un buzz permet de contrer une décision qui paraît à tous injuste et sauve l’emploi d’une jeune femme.

Le côté chevaleresque, de même que l’aspect « Robin des Bois » : aidons les pauvres contre les riches, et ce en pleine crise financière a certainement joué. Au moment où on annule 100 milliards d’euros de dette grecque et que les banques réalisent un profit supérieur à ce montant en quelques mois, les internautes ont le sentiment, pour une fois, de pouvoir agir directement pour leurs convictions.

Bad buzz pour Cora, good buzz pour les réseaux sociaux,  issue heureuse pour la principale intéressée.

 

Et vous, qu’en pensez-vous ?