Google et Facebook : la bataille de la recherche en ligne et des réseaux sociaux

Facebook ou GoogleNous avons choisi aujourd’hui de traduire un article passionnant d’Andreas Pouros paru sur le blog de econsultancy. Cet article analyse les enjeux de la lutte entre les deux géants du web sous l’angle de la recherche en ligne.

Google intègre aujourd’hui une dimension sociale à ses critères de recherche en intégrant Google+. De son côté, quel impact Facebook peut il avoir sur les recherches ?

Si Google et Facebook ont un nombre d’utilisateurs similaire, la grande différence réside dans les revenus qu’ils en retirent. Avec près de 30 milliards de $ par an, Google convertit 7 fois mieux que Facebook (dont les comptes ne sont pas publiés, mais dont les experts estiment que les revenus annuels tournent autour de 4 milliards de $ cette année.)

 

Pourquoi cette différence ?
Qu’est-ce qui rend Google si rentable ?

Une étude de Greenlight montre que l’attitude des utilisateurs des deux réseaux envers la publicié est similaire, puisque, sur Facebook ou sur Google,  50% des utilisateurs respectifs ont déjà cliqué au moins une fois sur un lien sponsorisé.
Mais la disparité des revenus laisse à penser que les utilisateurs de Google cliquent plus souvent sur les pubs que ceux de Facebook. Ce qui est d’autant plus étonnant que le temps moyen passé sur Facebook est 5 fois celui passé sur Google.
On peut noter que sur Google, on est par définition en mode « recherche » ce qui n’est pas le cas sur Facebook. Facebook apparait ainsi comme un but tandis que Google est plus un moyen d’accès vers autre chose.
On peut pousser la comparaison plus loin en disant que Google est payé pour vous faire partir ailleurs, tandis que Facebook encourage les internautes à rester le plus longtemps possible.

 

Facebook, nouveau moteur de recherche ?

A la question « Utiliseriez vous un moteur de recherche Facebook qui puisse concurrencer Google ?« , 5% des 500 personnes interrogées répondent oui, 12 % peut être, 22 % plutôt non et 26% certainement pas.
On a donc un ratio de 34 % plutôt oui et 48 % plutôt non.
En somme, si Facebook lançait un moteur de recherche, il serait sûr de capter 22% du marché de la recherche en ligne, pour peu qu’il soit efficace et ergonomique.
22% du marché de la recherche en ligne, c’est largement devant les autres moteurs à l’exception de Google sur la plupart des marchés, sauf en Chine, Japon et Russie où les moteurs locaux comme Baïdu ou Yandex sont à prendre en compte.
On peut même imaginer qu’en quelques années, Facebook pourrait arriver à 50% de parts de marché en convertissant les 27% qui ont répondu « sans doute, si ce moteur était meilleur que Google et Bing ».

 

5 obstacles pour un moteur de recherche Facebook

1) La part de marché de Google et l’inertie des internautes
Google représente 60% des parts de marché aux USA et plus de 90 % en Europe de l’Ouest. 80% des participants à l’enquête utilisent exclusivement Google. Un tel niveau de part de marché génère une inertie très importante.
2) Le niveau de satisfaction des utilisateurs de Google
93 % des personnes interrogées trouvent « presque toujours » ou « généralement » ce qu’elles cherchent. Le score de satisfaction (ACSI Score) de Google, qui est passé de 80 % en 2010 à 83 % en 2011, donne à penser que Google remplit parfaitement sa fonction et satisfait pleinement ses utilisateurs.
Au contraire, Facebook se classe dernier (avec les compagnies de téléphonie et les compagnies aériennes) avec un taux de satisfaction de 66 % (64 % en 2010). Facebook a donc un premier travail à faire pour satisfaire ses propres utlisateurs avant de pouvoir menacer Google.
3) La force de Google dans le secteur du mobile
Google est utlisé deux fois plus que Facebook à partir d’un mobile, Youtube se classant en troisième position. L’importance croissante du mobile et les rachats par Google d’Android et Motorola représentent un obstacle de plus pour Facebook.
4) Google page d’accueil de nos navigateurs
Pour 60 % des personnes interrogées Google est leur page d’accueil, alors que Facebook ne l’est que dans 3% des cas. Et encore, l’étude ne prend pas en compte l’impact de Gmail ou de Chrome.
5) Le capital confiance de Google
A la question des marques qui inspirent le plus la confiance, c’est sans surprise Apple qui arrive en tête. En second lieu vient Google, puis Microsoft/Bing, Yahoo, Facebook, puis Twitter. D’autres études montrent également que Google inspire plus confiance que Facebook.
Notons cependant que cette notion de confiance se traduit différemment dans les faits, puisque ces mêmes personnes continuent à confier à Facebook toujours plus d’informations très personnelles !

 

Avantage Google :

Facebook fait face à un concuurent en position dominante, dont les utilisateurs sont satisfaits et en qui ils ont confiance, qui est solidement installé sur leurs écrans et dans leurs habitudes. De plus ce concurrent a su consolider sa position dominante avec des alliances comme le rachat de Youtube ou de Motorola.
On peut également penser qu’en cas d’attaque de Facebook sur son terrain, Google aurait la capacité de répondre vite et fort.
Cette riposte de Google pourrait se concentrer sur trois domaines en particulier :

1) Google+ a plus de portée et de potentiel que l’image qu’on en a généralement.

Certes, 28 % des personnes interrogées ne savait pas que ce représentait « +1 », 27 % ne l’avaient jamais utilisé et 18 % rarement. Seulement 23 % l’utilisent de façon régulière ou habituelle. Ce score semble assez bas, mais si l’on tient compte de la relative nouveauté des boutons « +1 » et du nombre d’utilisateurs de Google, cela représente tout de même une masse considérable d’informations à la disposition de Google pour prendre le virage de la recherche sociale.

Ces 23% étant à mettre en parallèle avec les 35 % d’utilisateurs de Facebook qui « likent » des pages d’entreprise. D’autant que le « +1 » est bien plus récent que le « like » des pages entreprises.

2) La question de la confiance

Toutes les recherches montrent un capital confiance largement à l’avantage de Google. Pour les utilisateurs, Google est un moteur de recherche super rapide, avec des logos marrants (les doodle) qui changent en fonction des évènements, et qui les a servi fidèlement depuis 10 ans.

Il manque à Facebook (et à Twitter) cette dimension d’entreprise « responsable », d’autant que les critiques relayées régulièrement par la presse insistent particulièrement sur une certaine amoralité de ces médias.
Pour Facebook, le fait que la perception qu’en ont beaucoup repose en partie sur le film « Tne Social Network » n’arrange pas les choses. On peut ainsi lire sous la plume de Dan Tynan en juillet 2010 : « Zuckerberg ressemble à ce sale gosse qui a laissé une énorme boule puante devant votre porte et qui se contente de nier les faits. » et dans « The Guardian », John Grace commente une interview de Mark Zuckerberg en parlant de Facebook comme « … le coeur de l’ombre ».
Pas vraiment la meilleure pub pour une entreprise qui a besoin de vos informations personnelles pour exister !
En comparaison, la communication de Google ressasse à l’envie :    » Il est possible de gagner de l’argent sans vendre son âme au diable ».
Google (et Apple) véhiculent une certaine idéologie (même si la réalité est souvent loin de l’image), et ils parviennent à communiquer cette identité à leurs utilisateurs comme à la presse, ce que l’on ne peut pas vraiment dire de Facebook (ni de Twitter), dont la croissance vertigineuse ne leur a sans doute pas laissé le temps de générer une identité « morale » et la confiance qui en découle.

3) L’importance des comparaisons de prix

Les participants à l’enquête ont dû classer les éléments suivants en fonction de l’influence qu’ils avaient sur leurs achats en ligne dans les domaines de l’electronique, des voyages et des assurances.
– les avis d’amis sur Facebook
– les avis d’experts du secteur
– les avis trouvés sur le web
– les comparateurs de prix
– des sources d’information en dehors du web
Pour les trois catégories de produits, les avis issus de Facebook étaient considérés – de loin – comme les moins utiles.
Pour les voyages et les assurances, ce sont les comparateurs de prix qui arrivent en tête. Ils se placent en second choix pour l’electronique, pour laquelle l’avis d’experts est le critère le plus utile.
Il semblerait donc que Facebook ait moins d’influence sur les achats que ce que l’on pense souvent. Facebook (et les autres réseaux sociaux) servent plutôt à valoriser ou à faire connaître la marque (branding).
Google se trouve à nouveau dans la position de contrôler à la fois la recherche sociale (avec Google+ et le bouton +1) et l’aspect comparateur de prix avec Google shopping, par exemple, sans même parler de la puissance du moteur de recherche proprement dit.

 

Guerre des géants : à suivre !

Facebook dispose d’une gigantesque audience « captive », capable de se mesurer à celle de Google. Pour utiliser cette audience de façon plus commerciale, il lui faudrait être présent dans le monde de la « recherche » et pas seulement dans le domaine personnel du loisir et du partage. Si les chiffres montent qu’il pourrait facilement s’emparer de 23 % de ce marché, pour aller au delà, il lui faudrait investir de façon importante.
Pour Google, le problème est inverse, puisqu’il tente actuellement de rajouter une couche de social dans son moteur de recherche pour en accroître la pertinence.
L’auteur parie donc sur le fait que Facebook va inévitablement s’attaquer au secteur de la recherche sur internet sur la seule base de son nombre d’utilisateurs, mais que son développement sera très difficile, au moins dans les années qui viennent, du fait de la prédominance actuelle de Google dans ce domaine.

 

Gageons que nous n’avons pas fini d’entendre parler de la guerre des titans ! D’ailleurs, dans le dossier d’introduction en bourse de Facebook, Marck Zuckerberg écrit :  » Certains concurrents, comme Google, pourraient utiliser leur position forte ou dominante dans un ou plusieurs marchés pour exploiter un avantage concurrentiel contre nous « …

 

Traduction Christine Leroy pour Netpub.

Facebook : Timeline pour tout le monde !

Facebook vient d’annoncer que la nouvelle présentation du profil baptisée « Timeline » sera généralisée à tout le monde dans les semaines qui viennent. Ceux d’entre vous qui espéraient y échapper seront déçus, mais c’est aussi l’occasion de découvrir cette interface que je trouve personnellement très réussie.

timeline facebook

 

7 jours pour mettre en ordre votre mur

A partir du moment où Facebook vous aura basculé sur le nouveau profil, vous disposerez de 7 jours pour faire le ménage sur votre profil. En effet, la caractéristique de cette présentation est qu’il est très facile de retrouver tout ce qu’une personne a publié au fil du temps.

La vie avance et certains statuts anciens peuvent vous sembler maintenant dépassés ou vous pouvez simplement souhaiter qu’ils ne soient plus visibles. C’est très facile de les supprimer, facile aussi de donner de l’importance à d’autres  informations.

journal facebook

 

Toutes les publications de votre mur sont présentées en pavés répartis sur deux colonnes. Dans le coin  en haut à droite de chaque pavé apparaissent une étoile et un crayon.

En cliquant sur l’étoile, vous pouvez  modifier la largeur du pavé et le positionner sur la largeur totale des deux colonnes. Si le résultat ne vous convient pas, un  nouveau clic sur l’étoile et le pavé reprend sa forme initiale.

En cliquant sur le crayon, vous avez le choix entre plusieurs actions :

– modifier la date de la publication

– ajouter un lieu

– ne pas afficher dans le journal

– supprimer la publication

– retirer l’identification

– signaler comme indésirable

Pendant ces 7 jours,  vos amis verront votre profil sous son ancienne présentation, tant que vous ne décidez pas d’activer la timeline. Au bout de 7 jours, la timeline sera activée d’office et visible par tous.

Qu’est ce qui change avec cette nouvelle présentation ?

En fait, c’est surtout une histoire de présentation, puisqu’avant on pouvait également remonter le cours des publications sur votre mur en cliquant sur le bouton « publications plus anciennes » présent en bas de tous les murs. C’était juste moins intuitif et moins ludique.

 

publications plus anciennes

 

Pensez à vérifier vos paramètres de confidentialité

Comme souvent chez Facebook, on ne sait pas très bien si la mise en service de la timeline modifie vos paramètres de confidentialité, mais dans tous les cas ça vaut la peine de temps en temps d’aller vérifier si les paramètres cochés vous conviennent.

Ca se passe dans l’onglet « paramètres de confidentialité » et vous pouvez paramétrer de nombreux critères, gestion des identifications ou la façon dont les gens peuvent entrer en contact avec vous.

Paramètres de confidentialité facebook

 

Une question ? Un commentaire ? Contactez nous, ou rejoignez nous sur Facebook ! Suite à une attaque de spams, nous avons momentanément désactivé la possibilité de laisser des commentaires sur ce blog.

Comment mettre en place le nouveau profil Facebook ?

La semaine dernière, Netpub a fait découvrir à certains d’entre vous la nouvelle présentation du profil, baptisée Timeline ou Journal.  Est-ce à la suite de cet article ?  Plusieurs amis l’ont adoptée dans la foulée !

Pour aller plus, loin, nous allons aujourd’hui expliquer à ceux d’entre vous qui se sentent peut être un peu désemparés devant cette nouveauté comment installer ce nouveau profil . Et pour cela, nous allons utiliser un cobaye interne, le profil de Fred de Netpub !

Comme pour toute recette, pensez à vous munir des ingrédients nécessaires, à savoir : une photo de profil (si vous n’en avez pas encore) et une photo dite « de couverture » qui doit avoir une taille suffisante.

Avant :

nouveau profil facebook 1

 

Première étape : activer le nouveau journal

Taper : https://www.facebook.com/about/timeline dans votre barre d’adresse. Vous obtenez l’écran suivant :

nouveau profil facebook

Cliquez sur le bouton vert en bas à droite  » Utiliser le journal ».

facebook timeline

Facebook vous propose de tester la nouvelle fonctionnalité pendant 7 jours, ce qui vous donne le temps de faire le ménage dans vos statuts…

Bienvenue dans votre journal (aperçu pendant 7 jours)
Vous êtes la seule personne à pouvoir voir votre journal au cours de la période d’aperçu de 7 jours. Cela vous permet de :  

1. Examinez ce que votre journal contient, et ajoutez ou masquez ce que vous souhaitez.
2. Cliquez sur Publier ou attendez jusqu’à ce que votre journal devienne actif le 23 janvier.

Notre cobaye n’ayant rien à cacher, allons de l’avant !

 

Deuxième étape : insérer vos images

Pour modifier votre photo de profil, il faut classiquement cliquer sur l’image puis télécharger l’image de votre choix, ou utiliser la webcam de votre ordi pour vous prendre en photo.

Vous allez ensuite télécharger une photo de couverture en cliquant sur « Ajouter une couverture ». Facebook vous rappelle que vous ne devez pas en profiter pour faire de la pub… Cette image aura un format panoramique, c’est le moment d’en profiter pour utiliser une image qui parle de vous, de ce que vous aimez.

 

Après :

nouvelle timeline facebook

 

 

Troisième étape : découvrir les nouvelles fonctionnalités

La particularité de cette présentation, est qu’elle veut représenter le journal de votre vie. Vous pouvez donc remonter en arrière, compléter ou supprimer des éléments.

nouveau journal facebook

Un lien en haut de la colonne de droite vous permet de naviguer dans le temps,  de même que l’ascenseur entre les deux colonnes principales.

Vous pouvez également mettre en avant (développer sur la largeur des deux colonnes) les éléments importants pour vous (cliquer sur l’étoile), ou les supprimer en cliquant sur le crayon. La mise en avant est réversible, au contraire de la suppression…

 

Et voilà, en moins d’un quart d’heure, passage de l’ombre à la lumière ! Qu’en dîtes-vous ?  Cette nouvelle présentation vous plaît-elle ?

Si, comme nous, vous vous êtes laissés séduire par la Timeline, laissez-nous un commentaire avec un lien sur votre page Facebook, nous publierons vos créations !

PS  le 20/01/2012 : un furieux nous spammant de 200 commentaires par jour, nous avons momentanément désactivé la possibilité de commenter nos articles.

 

Prochain article à suivre : réglez vos paramètres de confidentialité sur Facebook.

Timeline ou journal ? Le nouveau profil Facebook

Annoncée sous le nom de Timeline et traduite par Journal, la nouvelle présentation du profil de Facebook fait parler d’elle !

Entre ceux qui aiment son côté épuré et l’accent mis sur les images et ceux qui se plaignent de ne rien y comprendre, la nouveauté, comme toujours, suscite des querelles d’anciens et de modernes.

Comme, à terme, tout le monde sera obligé de l’adopter, Netpub vous propose une présentation en plusieurs épisodes, et bientôt un mode d’emploi pour activer cette nouvelle présentation.

A quoi ça ressemble ?

timeline facebook

 

Une grande photo en haut, la « couverture » que vous pouvez changer aussi souvent que vous voulez.  Incrustée en bas à gauche, votre photo de profil. Avec quelques notions de traitement de l’image, vous pouvez rendre cet ensemble vraiment créatif !

 

timeline facebook creative

Sous l’ensemble couverture – profil, quelques infos vous concernant qui figuraient auparavant en colonne de gauche.

En dessous, la page est séparée en deux colonnes dans lesquelles viennent se disposer les différents éléments de votre mur. Le tout n’est pas sans rappeler la présentation de Scoop It.

En haut à droite, la « machine à remonter le temps » de Facebook, qui vous permet de visualiser tout ce que vous avez publié mois par mois depuis que vous êtes sur Facebook (et même avant, puisque vous avez la possibilité de rajouter des photos de votre naissance et de toute votre vie…). Vous pourrez en profiter pour faire le tri de vos statuts anciens, ou au contraire vous offrir une petite séquence souvenirs…

En colonne de droite, l‘accès au chat vous permet également de visualiser vos amis connectés. Et dans certains cas, le « ticker » , qui affiche en temps réel le statut de vos amis. Cette fonctionnalité assez controversée est présente de façon aléatoire sur certains profils et peut être supprimée.

Notons que si vous basculez sur l’onglet « accueil » vous retrouvez la présentation classique à laquelle vous êtes habitués. Et notons également que cette nouvelle présentation n’est pas encore accessible aux Pages.

 

A suivre :

– Activez la timeline sur votre profil.

– Attention aux paramètres de confidentialité liés à ce nouveau journal !

 

Qu’en pensez-vous ? Cette présentation vous séduit-elle ?

Confidentialité et nouveau Facebook : attention !

Cet article est une adaptation de celui publié par Pete Cashmore sur Mashable US. Il attire notre attention sur les failles de confidentialité liées aux nouvelles fonctions de partage sur Facebook.

Si, comme la majorité des utilisateurs de Facebook, vous n’avez pas regardé la présentation par Mark Zuckerberg des changements qui vont intervenir sur Facebook dans les jours qui viennent, vous risquez quelques surprises !

Les fonctions d’auto-partage

La  nouvelle Timeline, qui remplace le mur, a été globalement plutôt bien accueillie. Le problème commence avec les nouvelles fonctions qui partagent automatiquement à vos amis tout ce que vous faites sur le web.

Ces nouvelles fonctions d’auto-partage vont vous imposer d’être sur vos gardes, si vous ne voulez pas révéler au monde certains aspects de votre navigation…

Comment ça marche ?

L’idée de base est de rendre le partage toujours plus facile. Au lieu de cliquer à chaque fois sur le bouton « partager », vous n’aurez plus qu’à utiliser le bouton « ajouter à la timeline » et le partage se fera ensuite de façon automatique.

Un exemple  : si vous avez déjà des amis qui utilisent Spotify, vous avez sans doute remarqué que sur votre mur figurent tout au long de la journée des infos du type « Marie Dupont a écouté la playlist Chabada sur Spotify » avec le détail des chansons.

 

Facebook-spotify

Tant que vous assumez ce que vous écoutez et que vous ne craignez pas que soit révélé au monde votre penchant coupable pour Mireille Mathieu ou Britney Spears, tout va bien.

Dans d’autres cas, certains problèmes peuvent voir le jour. Cette fonction d’auto partage existe sur d’autres sites, par exemple le « Huffington Post » sur lequel dès que vous êtes  inscrit, tous les articles que vous lisez sont partagés avec vos amis grâce à un fil d’actualités (que vous pouvez éventuellement désactiver).

Ainsi, en ce moment, je peux voir qu’une de mes relations professionnelles lit l’article « Les photos nues de Scarlett Johansson » et qu’un de mes collègues semble passionné par les sujets traitant d’implants mammaires…

C’est précisément ce type de partage qui va être mis en place par Facebook. Si l’idée n’est pas forcément mauvaise, il faut absolument que les internautes soient conscients de ce qu’ils acceptent en ajoutant des applis à leur timeline ou en partageant des contenus.

Une vigilance nécessaire

Même les plus vigilants de mes amis semblent oublier qu’ils ont installé ces applis dès qu’ils l’ont fait. Ils retournent ensuite à des activités dont ils pourraient ne pas souhaiter qu’elles soient divulguées à tous.

Moi même, je me suis fait piéger tout récemment. J’ai partagé un article du Washington Post sur ma timeline (par le biais d’une de ces applications d’auto partage).  Après avoir lu des dizaines d’articles, je me suis rendu compte qu’ils figuraient tous dans ma Timeline…Dieu merci pour moi, je n’avais rien lu de spécialement olé olé, mais ça m’a suffi pour désinstaller immédiatement l’application !

Alors, comment éviter ce type de faux pas ?

Soyez conscient que lorsque vous cliquez  « ajouter à ma timeline » sur un site ou par le biais d’une application vous allez partager sur Facebook TOUT ce que vous regardez / écoutez / lisez.

Le plus souvent, comme dans l’exemple de Spotify, ça ne porte pas à conséquence.  Mais dans certains cas, prenez le temps de désactiver la fonction après avoir partagé volontairement un lien. Cette simple manip peut vous éviter de grands moments de solitude…

Une autre option : quand vous partagez une application sur votre timeline, vous avez le choix  entre « public »,  « amis » et « personnalisé ». Si vous choisissez « personnalisé », vous pouvez masquer la publication à tout le monde sauf à vous même. En installant ce paramètre par défaut, vous pourrez le modifier au coup par coup (quand vous voudrez réellement partager un contenu) mais au moins vous ne risquez pas le partage incontrôlé !

 

Facebook-confidentialité